les heures qui passent les gens qu'on aime

les routes qu'on prend

les sourires qu'on donne

les  silences qui parlent

les paroles muettes

a quoi ça sert tout ça

des paysages noirs nous enveloppent dés l'aube

dans les  forets profondes se cachent nos angoisses

les routes y sont baillonnées d'ombres

et sans issue